Mardi 27
ATE 8 - Contracepté·e·s : émancipé·e·s?
Mireille Le Guen
› 14:00 - 15:30 (1h30)
› Salle 401
La critique féministe de la contraception orale est-elle impossible en France ?
Mylène Rouzaud-Cornabas  1@  
1 : Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations
Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale

Au sein des mouvements féministes, la contraception médicale, et la pilule plus particulièrement, ont très vite été perçues à la fois comme des innovations médicales et des objets d'émancipations pour les femmes. Pourtant, ces méthodes sont assorties d'un fort contrôle médical et associées à des contraintes tant corporelles, morales que matérielles qui semblent largement occultées. Dès lors, dans quelle mesure les féministes ont-elles participé à la minimisation, voire à l'invisibilisation, du contrôle social exercé sur les femmes et leurs corps au travers de la contraception ? Dans le cadre d'une recherche doctorale sur les débats ayant jalonné l'histoire de la contraception hormonale en France, cette communication s'appuiera sur des entretiens menés avec différents acteurs de la contraception (prescripteurs, chercheures, militantes au MFPF ou encore l'association des victimes d'embolie pulmonaire et d'AVC liés à la pilule) ainsi que sur les archives du MFPF. Nous nous proposons de retracer la participation des féministes dans la construction du mythe émancipateur de la contraception orale (1) et dans la fabrique d'une invisibilité des risques et des contraintes contraceptives (2). Enfin, nous verrons que la récente controverse autour des pilules de nouvelles générations et l'investissement de nouveaux acteurs (collectifs d'usager·es et de victimes) ont été propices à une re-politisation de la question contraceptive dans une perspective féministe (3).


Personnes connectées : 2