Mardi 27
ATE 7 - Mouvements et migrations LGBTQ en Chine, Corée et Japon : des trajectoires pour s'émanciper ?
Laurence Hérault
› 14:00 - 15:30 (1h30)
› Salle 501
LGBTQ dans un contexte japonais : émancipation de quoi ?
Karmy Shirakawa  1@  
1 : Université de Gifu Kyôritsu

Au Japon, l'« oppression » envers les LGBTQ n'est pas d'ordre religieux, on ne trouve pas d'actes homophobes basés sur une haine viscérale, l'homophobie reste latente et reliée à l'ignorance. Alors, de quoi faut-il s'émanciper : des codes hétéronormatifs, la prépondérance du mariage, la conformité sociétale, la vision néo-confucianiste de la famille, des médias très peu coopératifs qui renvoient une vision négative et avilissante des minorités sexuelles ?

Sur la base de 10 ans de recherche de terrain, de 15 ans de séminaire consacré aux minorités culturelles, ainsi que de ma vie quotidienne au Japon en tant que gay depuis 30 ans, je cherche à mettre en lumière, en tant qu'anthropologue, l'existence de spécificités socio-culturelles japonaises tenant à la vision du corps nu et de la famille, à une méfiance à l'égard du militantisme, à une compréhension fluide et ludique du sexe de la sexualité, à une vision non occidentale du bonheur telle que l'« oppression » n'est pas forcément ressentie comme telle, et à une culture positive du secret. Si émancipation il doit exister, elle ne peut pas s'envisager au travers des modèles anglo-saxons largement globalisés, alliant gay parades et coming out pour tous, intimement liés aux modes d'oppression occidentaux, principalement religieux ou religioïdes, qui n'ont pas forcément cours au Japon.


Personnes connectées : 3