Mardi 27
ATE 10 - Représentations médiatiques : entre stéréotypes et promesses d'émancipation
Sandra Laugier
› 14:00 - 15:30 (1h30)
› Salle 507
Un corps d'élite : les policières
Mathieu Arbogast  2, 1@  
2 : École des hautes études en sciences sociales  (EHESS)  -  Site web
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), Université Paris Ouest Nanterre La Défense : Cresppa-GTM
54, boulevard Raspail 75006 Paris -  France
1 : Université Paris Nanterre
Cresppa-GTM

Avec les policières, on pourrait penser qu'on assiste à une « inversion du genre », légitimée par une forte présence dans la culture populaire. Les armes à feu, la violence légitime ont en effet longtemps été des privilèges masculins et le signe d'une supériorité physique des hommes. Devenues mixtes, les forces de l'ordre restent une « institution genrée ». L'accès des femmes aux métiers historiquement masculins n'est pas synonyme d'égalité, et les corps sont le siège de cette asymétrie.

Grâce à une année de séries télévisées en prime time, on observe que les normes corporelles qui pèsent sur les femmes sont considérablement plus strictes que pour les hommes.

On soulignera deux dimensions principales. D'abord la sélection des corps eux-mêmes, les femmes étant systématiquement jeunes et graciles. Ensuite, alors que le corps policier des hommes est professionnel, celui de leurs collègues femmes est fortement sexualisé et érotisé. On explorera la diversité des formes de cette érotisation.


Personnes connectées : 2