Mardi 27
ATE 2 - Le droit et l'autonomie, supports de l'émancipation pour les femmes ?
Jules Falquet
› 14:00 - 15:30 (1h30)
› Salle 403
Droit des femmes en Inde et émancipation : l'évolution paradoxale d'une société patriarcale
Kamala Marius  1@  
1 : Laboratoire les Afriques dans le monde  (LAM)
Sciences Po Bordeaux

Depuis son entrée en vigueur en 1950, la Constitution indienne est un document favorable aux femmes puisque l'interdiction de la discrimination fondée sur le sexe est garantie dans la liste des droits fondamentaux justiciables. En revanche, pour tout ce qui relève des lois sur la famille, le mariage, le divorce, la pension alimentaire, l'adoption, l'héritage et succession, c'est la loi dite personnelle qui prédomine. Dans un pays gouverné depuis 2014 par les nationalistes hindous, très conservateurs, la Cour Suprême indienne a aboli en 2017, la loi du triple talaq (répudiation instantanée selon la Sharia) et, en 2018, jugé illégal l'article 377 datant de l'époque coloniale condamnant l'homosexualité et mis fin à une autre loi coloniale, la pénalisation de l'adultère. Des réformes des codes du statut personnel s'imposent mais elles doivent prendre en compte les identités à l'intérieur des frontières religieuses et sociales. Cela fait écho à l'analyse fondatrice de l'intersectionnalité. Ainsi, en dépit d'une constitution indienne de plus en plus égalitaire, la société indienne demeure patriarcale. Comment expliquer cette évolution paradoxale ?


Personnes connectées : 2